Des Sbéquéens découvrent des restes d'humains au pied du Chevran

Rédigé par Le Sbéquéen Aucun commentaire
Classé dans : Intox Mots clés : Jean-Cédric Dugland, Chevran

J'avais juste envie de pisser sans me poser de questions

Un groupe de Sbéquéens, parti en excursion à la recherche de l'Edelweiss doré dans la montagne du Chevran (surplombant Cluses en Haute-Savoie) a fait une découverte fascinante ce week-end. Les faits nous sont rapportés par Jean-Cédric Dugland, membre de l'expédition :

- "Ben je me suis écarté du sentier pour aller pisser, et c'est là que j'ai trouvé les restes."

Jean-Cédric ne se pose pas de question et coure directement chercher ses camarades, sans se poser de question. Il les informe qu'il a trouvé des restes d'humains près du sentier, là où il voulait aller pisser. Sans se poser de question (putain, ils n'ont vraiment pas de cerveau), il rejoignent l'endroit indiqué par Jean-Cédric, qui ne s'était pas posé de question.

Le groupe ne peut que constater qu'il s'agit bien de restes d'humains. En effet, il semble impossible qu'une autre espèce animale ait pu cuisiner puis entamer un plat de pâtes, et laisser volontairement dans la nature leurs restes et leur couverts, là, tout près du sentier, où Jean-Cédric aurait tant voulu pisser.

Face à une telle situation, Jean-Cédric et ses amis ne se posent pas de question, et décident de finir les restes, bien que froids. Quand aux couverts et autres détritus laissés sur place avec les restes par le précédent groupe d'humains, Jean-Cédric, sans trop se poser de question, décide de les récupérer dans son sac, plutôt que de les laisser ici, polluant cet endroit où il voulait pisser.

- "J'espère seulement que la prochaine fois que je voudrais pisser en forêt, je ne tomberai pas sur d'autres restes d'humains !", déclara Jean-Cédric Dugland, sans se poser de question, au journaliste de LPPLN (Le Plus Poli Lapin Nain) présent pour cette découverte.

On a retrouvé une brouette millénaire au Tonkin

Rédigé par Le Sbéquéen Aucun commentaire
Classé dans : Intox Mots clés : brouette tonkinoise, Tonkin

La communauté scientifique est à nouveau abasourdie par une découverte qu'a révélé il y a deux semaines le gouvernement Indochinois. C'est une brouette en bois, possédant une roue aussi en bois, vieille d'au moins 1003 ans et 5 jours, qui a été retrouvée près d'un harem, dans la ville de Hanoï (région du Tonkin). Cette brouette tonkinoise démontre irrémédiablement que la roue n'a pas été inventée par Christian Morin, et encore moins par Christophe Dechavane.

Lire la suite de On a retrouvé une brouette millénaire au Tonkin

Le double trèfle à trois feuilles porte-t-il chance ?

Rédigé par Le Sbéquéen Aucun commentaire
Classé dans : TAQF Mots clés : TAQF, trèfle à quatre feuilles, chance

Double Trèfle à 3 feuilles = TASFDans bien des cultures, le trèfle à quatre feuilles (TAQF) - ou plutôt quatre folioles, si l'on veut être vraiment rigoureux - est considéré comme un porte-bonheur puissant. Nous n'allons pas entrer dans la polémique en tentant de faire comprendre qu'il faut déjà avoir de la chance pour trouver un TAQF, ce n'est donc pas lui qui l'apporte.

Si l'on respecte la coutume et que l'on veut bien admettre que les TAQF portent bonheur, qu'en est-il des trèfles qui possèdent un plus grand nombre de folioles ? Certain pourraient dire qu'ils apportent encore plus de chance. Et bien, les chercheurs de Sbec Labs pensent tout l'inverse. La radioactivité et la pollution sont pour eux les principales raisons de ces erreurs de la nature. N'oublions pas que le TAQF est à la grande famille des trèfles ce qu'un bébé avec un troisième bras sur la fesse droite est aux êtres humains. Trouver des trèfles à trop de feuilles et donc peut-être synonyme de malchance.

La récente découverte d'un chercheur Sbéquéen soulève un nouveau dilemme. En effet, le double trèfle à trois feuilles - équivalent de siamois chez les êtres vivants - trouvé cette semaine est-il un nouveau porte bonheur puissant ou seulement la preuve que Tchernobyl fait encore des dégâts ? Le double pétiole, les six folioles et l'agencement des stipules de ce spécimen prouvent sa nature hors du commun.

La vie sexuelle des castors Malgaches

Rédigé par Le Sbéquéen Aucun commentaire
Classé dans : Intox Mots clés : castors, Madagascar, sexe

article rédigé par notre envoyé spécial à Madagascar, qui a fait le déplacement expressément pour pouvoir enfin côtoyer des castors

On peut en faire des choses, quand on a de longues dents !

Alors que le tourisme sexuel fait toujours débat sur l'île de Madagascar, les castors locaux jouissent pleinement de leur liberté sexuelle. Acquise au fil des siècles, cette liberté est fortement enviée par les touristes français venus profiter de jeunes et innocentes Malgaches, mais finissant toujours leur séjour derrière les barreaux, sans passer par la case départ.

Sur les plages et dans les forêts, ce sont aujourd'hui des milliers de castors mâles et femelles qui partouzent, au grand dam des "touristes" qui réclament l'égalité pour tous. Comble de l'ironie, un castor viens d'intégrer l'unité spéciale de la police d'Antananarivo, et traque maintenant les moindres faits et gestes des Européens sur les plages. L'appétit sexuel des castors n'ayant visiblement pas de limite, des gangs prennent maintenant en otage les gardiens des prisons locales pour pénétrer dans les cellules et violer les touristes sexuels européens.

La communauté internationale a condamné ces actions par la voix de Barack Obama, qui a affirmé être derrière le ministre local de la Justice.

NDLR : C'est après nous avoir soumis l'article que notre journaliste s'est rendu compte qu'il ne s'agissait probablement pas de castors. Il dit pouvoir être en mesure d'affirmer que les plumes et les becs des castors étaient trop verts pour appartenir à des castors.

Pour LPPLN (Léchez Profondément Plein de Lapins Nains), Jaroslav Popovic

Stephen Hawking est mal en point

Rédigé par Le Sbéquéen Aucun commentaire
Classé dans : E=mc² Mots clés : Stephen Hawking

Une brève histoire du temps...

C'est avec une grand tristesse que nous avons appris l'hospitalisation, dans un état très préoccupant, de Stephen Hawking, qui est pour certains le plus grand scientifique depuis Albert Einstein (ils ont oublié de me conter dans la liste, mais c'est parce que je n'avais pas assez d'infirmités physiques ou mentales). La physique doit notamment à Stephen Hawking de nombreuses découvertes sur les trous noirs, la relativité générale ou encore les origines de l'univers.

Stephen a su passer outre de nombreux et graves problèmes de santé tout au long de sa vie, jusqu'au point d'être presque totalement paralysé et de ne plus pouvoir parler. Ses capacités intellectuelles n'en ont pour autant pas été affectées, car dans son fauteuil roulant et avec son ordinateur qui lui sert d'interface avec le monde, il continuait encore à animer de nombreuses conférences scientifiques.

Tout le monde espère pouvoir revoir prochainement, et dans un meilleur état, le célèbre physicien.

Fil RSS des articles