Le double trèfle à trois feuilles porte-t-chance ? - épisode 2

Rédigé par Le Sbéquéen Aucun commentaire
Classé dans : TAQF Mots clés : TAQF, trèfle à quatre feuilles

Si à la naissance, on ne trouve pas la tête du bébé, c'est peut-être parce qu'il n'en a pas...

Il est temps de se poser des questions très sérieuses sur la nature des taqf et des trèfles avec davantage de folioles. Suite à la découverte de notre dernier spécimen de trèfle siamois (voir notre article), nous avons relancé le débat quant à la nature des trèfles malformés.

Rappelons-nous d'une courte étude de Sbec Labs qui avait, semble-t-il, écarté l'hypothèse d'une contamination des trèfles par les engrais. Cependant des observations simples ont donné de gros doutes à nos chercheurs. En effet, une proportion très importante de trèfles modifiés a été relevée près de l'UFR de Chimie de l'université de Grenoble. Notons aussi que de nombreux taqfeurs vivent en Bretagne, là où prospèrent les menhirs et autres dolmens radioactifs.

Toujours est-il que toujours personne n'a pu démontrer d'influences notables de l'environnement sur les trèfles. De nouvelles études à long terme vont être conduites, à l'aide d'agents mutagènes et cancérigènes (solvants chlorés) par l'équipe de Sbec Labs.

Par ailleurs, nous nous demandons toujours comment qualifier certains trèfles, et comment les classifier. En effet, doit-on considérer un double trèfle à 3 feuilles comme des siamois, ou comme un bébé né avec trois jambes, un bras, et un le sexe à la place du nez ? Quoi qu'il en soit, il semble de plus en plus évident que le trèfle perd de sa magie, et que le TAQF porte bonheur se transforme petit à petit en "trèfle témoin de réchauffement climatique, de guerres nucléaires, de pollution avérée, de pollution chimique (et c'est un chimiste qui le dit !) et autres catastrophes mutagènes". Où est le bonheur ?

Le double trèfle à trois feuilles porte-t-il chance ?

Rédigé par Le Sbéquéen Aucun commentaire
Classé dans : TAQF Mots clés : TAQF, trèfle à quatre feuilles, chance

Double Trèfle à 3 feuilles = TASFDans bien des cultures, le trèfle à quatre feuilles (TAQF) - ou plutôt quatre folioles, si l'on veut être vraiment rigoureux - est considéré comme un porte-bonheur puissant. Nous n'allons pas entrer dans la polémique en tentant de faire comprendre qu'il faut déjà avoir de la chance pour trouver un TAQF, ce n'est donc pas lui qui l'apporte.

Si l'on respecte la coutume et que l'on veut bien admettre que les TAQF portent bonheur, qu'en est-il des trèfles qui possèdent un plus grand nombre de folioles ? Certain pourraient dire qu'ils apportent encore plus de chance. Et bien, les chercheurs de Sbec Labs pensent tout l'inverse. La radioactivité et la pollution sont pour eux les principales raisons de ces erreurs de la nature. N'oublions pas que le TAQF est à la grande famille des trèfles ce qu'un bébé avec un troisième bras sur la fesse droite est aux êtres humains. Trouver des trèfles à trop de feuilles et donc peut-être synonyme de malchance.

La récente découverte d'un chercheur Sbéquéen soulève un nouveau dilemme. En effet, le double trèfle à trois feuilles - équivalent de siamois chez les êtres vivants - trouvé cette semaine est-il un nouveau porte bonheur puissant ou seulement la preuve que Tchernobyl fait encore des dégâts ? Le double pétiole, les six folioles et l'agencement des stipules de ce spécimen prouvent sa nature hors du commun.

Fil RSS des articles de cette catégorie